MusiqueMagMusiqueMag.com

Muse

Digne héritier de Queen ou des Pink Floyd, Muse est un groupe de rock composé de Matthew Bellamy (chanteur, pianiste et guitariste), Christopher Wolstenholme (bassiste) et Dominic Howard (batteur). Fondé en 1994, Muse règne incontestablement sur la scène musicale actuelle, devenant à l’instar de Radiohead dans les années 90, le groupe rock incontournable de la dernière décennie.

 

Genèse

Tout commence au début des années 90 lorsque les trois comparses, alors adolescents, se rencontrent au collège de Teignmouth. Alors à la recherche d’un bassiste pour intégrer leur groupe, les Gothic Plague, Matthew et Dominic tombent sous le charme des capacités artistiques de Chris. Impressionnés par son niveau de jeu à la batterie, Matt et Dom ne laissent pas s’envoler le génie. Ils recrutent Christopher et lui demande d’apprendre à jouer de la basse. De cette rencontre naitra en 1996, les Rocket Baby Dolls. Dès lors, le trio se lance dans des reprises de morceaux de groupes phares comme Nirvana et les Smashing Pumpkins. C’est aussi l’époque des premières compositions.

 

Comme les petits groupes sont légion en Angleterre, les Rocket Baby Dolls décident de se confronter au public dans le but de sortir du lot et s’inscrivent donc à un tremplin local. Toutefois, histoire de ne pas se prendre au sérieux, les Rocket Baby Dolls tournent le concours à la dérision. Maquillés à la manière de Robert Smith de The Cure et, adoptant une attitude agressive, le groupe invite leurs amis présents dans le public à venir saccager le décor. À la surprise générale, le jury du concours, leur attribue la victoire.

 

Maturité

Jusqu'à leur entrée dans l’âge adulte, les Rocket Baby Dolls, n’envisagent pas de faire carrière dans la musique. C’est à un moment charnière, celui de choisir son orientation scolaire en fin de lycée, que tout va se jouer. Pour Matthew il n’est pas question de s’engager dans un cursus universitaire. Avec son âme de leader, il convainc ses acolytes de se concentrer exclusivement sur la musique. Le groupe change à nouveau de nom et opte pour Muse. L’origine de ce choix reste assez floue et de nombreuses histoires circulent à ce sujet. En quête de renouveau, Matthew aurait ouvert un dictionnaire et serait tombé fortuitement sur le mot "Muse". Une deuxième version laisse entendre qu’à l’évocation, en cours d’Art plastique, des neuf filles de Zeus, les muses, Matthew aurait trouvé le mot "poétique et percutant". Une troisième hypothèse remonte à leurs années collège. "Muse" aurait été choisi en souvenir de trois amies de lycée qui, à la nuit tombée, se réunissaient pour s’essayer à la magie noire, pendant que Matthew les accompagnait en jouant des mélodies mystérieuses à la guitare. Malgré tout, les concerts ne leur rapportent que peu d'argent, pour subvenir à leurs besoins les trois partenaires doivent donc, en parallèle, trouver des jobs alimentaires. C'est dans ce climat précaire que le groupe sort, en 1997, une démo, Newton Abbot, composée de onze morceaux sur laquelle on retrouve les premières versions des titres "Sober" (Showbiz), "Agitated" (Hullabaloo) ou "Ashamed" (face B du single "Sunburn").

 

Le groupe fait ensuite la connaissance de Dennis Smith, propriétaire de la maison de disques Sawmills. De cette rencontre naîtra en 1997, sous le label Dangerous Records, leur premier E.P intitulé sobrement Muse. En 1998, Dennis Smith créé, spécialement pour Muse, la maison de disques Taste Media. La sortie leur second mini-album Muscle Museum qui, marque un tournant dans la carrière du groupe. Emballé par les chansons de Muse, le journaliste et Dj Steve Lamacq, leur offre une tribune dans le magazine britannique NME. Ceci marque les prémices d’une reconnaissance par les professionnels de l’industrie musicale.

 

Consécration

Muse signe par la suite avec la maison de disque américaine Maverick Records, dont Madonna est co-fondatrice, ce qui leur permet d’entamer une série des concerts aux États-Unis. À leur retour au Royaume-Uni, le groupe par l’intermédiaire de Taste Media, signe avec de nombreux labels ancrés dans différents pays d’Europe dont Naïve, en France. La sortie, en 1999, de leur premier album, Showbiz, leur permet d'assurer la première partie des concerts des Foo Fighters et des Red Hot Chili Peppers puis, d’enchaîner sur les plus grands festivals européens. La consécration arrivera en 2001 avec la sortie d’Origin of Symmetry, qui regroupe leurs titres emblématiques "Bliss", "Plug In Baby" et "New Born". Le groupe édite aussi un Dvd live Hullabaloo, fruit de leurs deux concerts au Zénith de Paris en octobre 2001.

 

La confirmation mondiale : Absolution

Le 22 septembre 2003 sort leur troisième album, Absolution, qui leur vaudra un large succès et une notoriété mondiale. L'album comporte le titre diffusé sur internet "Stockholm Syndrome", ainsi que les singles "Time is Running Out" et "Hysteria". L'album est surtout marqué par la notion de fin du monde et d'apocalypse (la première chanson, "Apocalypse Please", dont les paroles sont simplement : "Déclarez l'état d'urgence, c'est la fin du monde.") Cela s'expliquerait par le fait qu'il a été composé dans le contexte de la guerre en Irak et après les attentats du 11 septembre qui auraient peut-être particulièrement touché Matthew Bellamy.

 

Fort du succès de cet album, le groupe entame une longue tournée qui le mènera sur les plus importants festivals d'Europe avec notamment le festival Glastonbury où ils seront tête d'affiche et joueront devant près de quatre-vingt mille personnes. Ce concert sera marqué par deux événements particuliers, tout d'abord le captage du futur DVD de l'Absolution Tour (Live in Glastonbury) et la mort du père du batteur du groupe, Dom Howard, venu le voir ce soir-là.

 

L'album s'est vendu à deux millions et demi d'exemplaires dans le monde dont près de six cent mille au Royaume-Uni, quatre cent mille en France et cinq cent cinquante mille aux États-Unis.

 

Le renouveau : Black Holes & Revelations et la tournée HAARP

Le groupe s'enferme au château Miraval, dans le sud de la France (studio ayant notamment accueilli l'enregistrement du double album des Pink Floyd, The Wall) où ils peaufinent surtout l'écriture, et la mise en place de quelques chansons. Mais au final, ils n'arriveront pas à produire grand chose durant ces quelques mois d'enfermement. Ils partent alors aux studios Avatar, et Electric Lady à New York, où l'ambiance énergique et urbaine de la nuit les inspirera d'avantage. En mai 2006, le single "Supermassive Black Hole" issu du futur album est diffusé sur plusieurs radios. La chanson est un mélange de funk et de rock où Matthew Bellamy semble s'inspirer de Prince pour ce qui est de la voix. La chanson étonne et annonce l'album tout aussi étonnant.

 

Black Holes and Revelations sort le 3 juillet 2006. Ce nouvel opus subit une influence électro et le style du groupe s'enrichit de nouvelles sonorités. D'après le bassiste du groupe, Chris Wolstenholme, vingt chansons auraient été enregistrées en studio. "Sur la vingtaine de chansons qui a été enregistrée, en fait quelques unes n'ont jamais été terminées. De ce qui a été finalisé, je pense que tout a probablement déjà été sorti. Les autres seront peut être complétées un jour mais en ce moment nous sommes trop absorbés par les nouvelles. Revenir sur ces trucs serait comme faire un pas dans la mauvaise direction", déclare Chris. Cet album présente un véritable mélange des genres, avec des sonorités électroniques proches des groupes ABBA, Queen voire Depeche Mode.

 

L'album est un succès : au bout de six mois et demi d'exploitation, il s'est vendu à près de trois millions d'exemplaires, dont la moitié en Europe. Le single "Starlight" largement diffusé sur les ondes fait connaître Muse au grand public pas nécessairement amateur de rock.

 

La tournée est marquée par trois concerts exceptionnels : deux pour inaugurer le Wembley Stadium les 16 et 17 juin devant près de deux-cent mille personnes et le 23 juin au Parc des Princes (près de cinquante mille personnes), avec les groupe Archive et Biffy Clyro en première partie. Le 17 mars 2008 sort le DVD HAARP, accompagné d'un CD live. Il a été retransmis en avant-première au cinéma le 11 mars 2008 dans plusieurs villes du Royaume-Uni et le 13 mars à Paris. Le DVD doit son nom aux six antennes placées sur le haut des scènes, au Wembley Stadium et au parc des Princes, du complexe de recherche Haarp en Alaska, aux États-Unis.

 

Au total, la tournée HAARP dure près de deux ans et comptabilise près de deux-cents concerts partout dans le monde, pour se terminer en août 2008 lors d'un concert épique au V Festival en Angleterre.

 

The Resistance

Le successeur de Black Holes and Revelations, intitulé The Resistance sort le 14 septembre 2009. L'enregistrement de l'album a débuté au mois de novembre 2008 dans le studio de Matthew Bellamy au Lac de Côme, en Italie. Le leader du groupe a récemment annoncé qu'il aimerait bien ne plus sortir d'album de manière traditionnelle, mais de publier plusieurs chansons à la fois sur internet de façon périodique, afin de permettre aux fans de choisir leurs préférées et en sortir un best of par la suite.


© MusiqueMag
Autres news
Muse : Matthew Bellamy joue "Plug In Baby" sur un hoverboard à Paris Bercy Muse : Matthew Bellamy joue "Plug In Baby" sur un hoverboard à Paris Bercy Muse s'est arrêté à Paris Bercy pour 5 soirs avec sa tournée Drones World Tour. Le résultat est tout aussi impressionnant que l'avait prédit la bande à Matthew Bellamy. Découvrez le chanteur jouant "Plug In Baby" sur un hoverboard.
Muse dynamite Paris Bercy avec "Dead Inside" et "Knights Of Cydonia" Muse dynamite Paris Bercy avec "Dead Inside" et "Knights Of Cydonia" Muse est pour 5 concerts à Paris Bercy AccordHotels Arena. Pour le Drones World Tour, le trio de Matthew Bellamy a imaginé une scène digne d'une superproduction hollywoodienne. Voici deux videos pour le prouver.
Muse : "Starlight" pour un concert spectaculaire à Paris Bercy Muse : "Starlight" pour un concert spectaculaire à Paris Bercy Muse était à Paris Bercy Accordhotels Arena vendredi 26 février à l'occasion de son Drones World Tour. C'est avec un décor impressionnant et futuriste, une scène gigantesque à 360 degrés que la bande à Matthew Bellamy a impressionné ses fans.
Muse : le titre "Starlight" en écoute dans l'espace ! Muse : le titre "Starlight" en écoute dans l'espace ! Muse a accompli un de ses rêves. Que l'un de ses morceaux soit diffusé dans l'espace. Le trio a demandé à l'astronaute Tim Peake de faire tourner un de ses titres lors de son séjour dans la station spatiale internationale.
Toute l'actu de Muse
Discographie
Voir tous les albums de
Muse