MusiqueMagMusiqueMag.com


Le 05/03/2010

Saez : l'affiche de sa tournée censurée !

Saez : l'homme par qui le scandale... ne sera pas arrivé. Pas cette fois-ci, en tout cas. En prévision de la nouvelle tournée de Damien Seaz qui débutera le 22 avril à Lausanne, Alias Production, le tourneur de Saez, avait tout naturellement prévu une campagne d'affichage dans le métro parisien pour annoncer les deux concerts qui auront lieu au Zénith de Paris les 5 et 6 mai 2010. C'est la photo de la pochette de l'album J'accuse, dans les bacs le 29 mars, qui a été choisie. Malheureusement, l'Autorité de Régularisation Professionnelle de la Publicité a jugé que l'image n'était pas acceptable : "Ce visuel présente un caractère dégradant pour l'image de la femme, dans la mesure où elle apparaît nue et, qui plus est, dans un chariot de supermarché, donc comme une marchandise".

L'affiche a été censurée et la société Mediatransports auprès de laquelle un réseau dans le métro de Paris avait été réservé, a, dans un deuxième temps, refuser d’apposer une affiche mentionnant l’interdiction en question.

L'affiche de la tournée de Damien Saez doublement censurée !Première affiche censurée

L'affiche de la tournée de Damien Saez doublement censurée !Deuxième affiche censurée

À défaut d'être affiché dans les couloirs du métro parisien, Damien Saez va donc à nouveau faire parler de lui sur Internet. Toujours est-il que cette mésaventure n'empêchera sûrement pas Saez de remplir sa tournée, puisque le chanteur français fait salle comble un peu partout depuis une dizaine d'années.  Par ailleurs, Damien Saez a tenu à réagir à cette décision via la lettre suivante :

Allo Paris bonjour tristesse.

Notre photo, une femme nue dans un caddie, utilisée comme visuel de notre album et comme affiche de concert, a été interdite dans les couloirs des métros et sur les kiosques à journaux.

Dans une seconde étape, une autre affiche textuelle signifiant cette interdiction l’a été à son tour par tous les réseaux publicitaires, méprisant ainsi et la liberté de l’art et la liberté d’expression.

Une femme nue dans un caddie, outrage aux moeurs du commerce ? Remise en question du système ? Droit d’informer ? Quel crime avons nous donc commis ? Cette interdiction aurait pour but, qu’ils disent, de protéger l’image de la nature humaine, j’en doute. Mais protéger l’image du caddie ? Ca c’est certain. Les
publicistes portant le drapeau de la nature féminine... Faîtes moi rire... Une chose est sûre, les caddies valent plus que les hommes dans nos pays.

Quand les bureaux du commerce prennent des allures d’entrée de boites de nuit,
quand la ségrégation outre raciale en devient culturelle, la honte grandit. J’ai honte pour ces gens, honte pour mon pays, honte pour ce qu’il est devenu, honte pour cette auto-censure que la société s’inflige à chaque fois qu’elle ouvre sa bouche. Et dire que nous étions d’avant-garde un jour...

Alors que le vulgaire à outrance et les illégalités font rage sur chaque devanture et dans ces mêmes couloirs de métro, alors que nous vendons nos chairs, à tort et à travers, pour n’importe quel inutile qu’il faudra vendre aux enfants, alors que la femme n’a jamais été autant méprisée dans sa qualité d’être humain autre que celle d’être une chatte béante dans laquelle on refourgue tous les artifices du nouveau monde, voilà que les petits capos voient de l’outrage quand le féminisme est à son expression la plus pure.

Mais quelle est cette douleur qui fait si mal dans les p’tits slips des p’tits capitalistes d’arrêt de bus ? Les miroirs feraient-ils donc si peur à ceux qui n’aiment pas leur visage ? D’abord une photo, puis des mots...

Dis quand viendra le temps où nous reverrons la liberté ailleurs que sur nos billets de banque ? Cet album que nous sortons est l’oeuvre de deux ans de travail, d’écriture, de production, de musique, de réflexion, d’argent et surtout de temps. Un art populaire mis à mal par les pilleurs de tombeaux que sont tous les vendeurs de câbles en tous genres. Je suis parti des majors company pour ne pas finir en abonnement téléphonique, en sonnerie de portable vendue à des crétins.

Bien sûr on est blasé de tout, bien sûr on ne s’étonne plus de rien, bien sûr ça n’est pas grand chose, qu’une photo aujourd’hui, quoi demain ?
Bien sûr je continuerai à être libre, bien sûr qu’on galère tous à faire nos courses, bien sûr qu’il y a toujours plus grave, bien sûr, bien sûr...

Mais les symboles sont là pour stigmatiser très souvent des maux bien plus profonds, et les choses sans grande importance à première vue cachent souvent des forêts qui le jour où elles prennent feux font bien plus de dégâts que la liberté.


Damien Saez
A ne pas manquer

Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis

Les commentaires sur ce sujet sont fermés.

Saez

Saint-Jean-de-Maurienne, France

Autres news
Damien Saez révolté sur "Peuple Manifestant" live au Bataclan Damien Saez révolté sur "Peuple Manifestant" live au Bataclan Damien Saez était trois jours de suite en concert au Bataclan à Paris les 21, 22, 23 décembre. Des concerts pleins d'émotions au vu de l'histoire récente de la salle.
DAMIEN SAEZ en transe pour "Jeunesse lève toi" Live au Bataclan Paris DAMIEN SAEZ en transe pour "Jeunesse lève toi" Live au Bataclan Paris Damien Saez s'est offert à son public parisien trois jours de suite les 21, 22 et 23 décembre 2016. Une communion de trois heures chaque soir au Bataclan. Le chanteur a tenu à rejouer seul sur scène dans cette salle frappée par les attentats.
DAMIEN SAEZ émouvant sur "Les enfants paradis" live au Bataclan DAMIEN SAEZ émouvant sur "Les enfants paradis" live au Bataclan Damien Saez se produit pour 3 soirs au Bataclan à Paris les 21, 22 et 23 décembre. Il vient présenter quasiment seul avec sa guitare son projet Manifeste.
Nouvelle Star : "J'accuse" de Saez laisse le jury sans voix Nouvelle Star : "J'accuse" de Saez laisse le jury sans voix Saez a été représenté à la Nouvelle Star par Norman dont l'interprétation de "J'accuse" a pétrifié le jury.
Toute l'actu de Saez